Nos Gentle ventes privées

Nous vous parlions la semaine dernière, dans notre dernier article, de la problématique des déchets plastiques se retrouvant régulièrement dans nos mers et océans. C’est donc tout naturellement que notre capsule océan, porteuse de sens et de convictions, a été créée dans l’optique de défendre les espaces maritimes, la faune et la flore. Ça tombe plutôt bien qu’on vous parle de l’océan, car vendredi dernier, un petit point d’actualité est tombé…

WWF a révélé un chiffre difficile à avaler concernant le sort de la Méditerranée. En effet chaque année, 600000 tonnes de plastiques sont rejetés dans cette magnifique mer, soit l’équivalent de 34000 bouteilles à la mer chaque minute. En cause, des problèmes de traitement des déchets dans les pays de la région. Finalement ce bon vieux Robinson Crusoé n’a pas de soucis à se faire, la bouteille reste son meilleur allié.

Et nos Gentle ventes privées dans tout ça ?

Pour la troisième année consécutive, nous poursuivons nos Gentle Ventes Privées : 30% de réduction sur nos anciennes collections, et 5% des ventes reversés à une association. Pour y participer, il suffit de vous connecter à votre compte ou bien d’en créer un nouveau ! A terme nous souhaitons arrêter de faire des promotions… nous devons pour cela, apprendre à produire dans les bonnes quantités. N’oublions pas que le vêtement qui pollue le plus, c’est celui qui dort au fond de notre armoire, et pour le coup, c’est le même principe dans notre entrepôt !

Mais finalement vous vous dites, à qui seront reversés les 5% de ces ventes privées ?

Vous avez deviné ? Notre choix s’est porté vers une association en rapport avec l’eau et le développement durable.

Vous séchez ? On vous présente un Océan de vie, une association qui se bat pour nettoyer tous milieux aquatiques confondus. L’idée forte de l’association est de ramasser les déchets sur les plages et les océans, et de sensibiliser les enfants et habitants. On rend l’antenne à René Heuzey, le président de cette belle association…

René parle nous un peu de toi, de ton parcours… qui es-tu ?

Je suis né à Lyon mais suis en réalité Marseillais de cœur puisque j’habite dans la cité phocéenne depuis tout petit. J’étais avant chauffeur routier, et au lieu de voir la mer au quotidien comme aujourd’hui, ce sont plutôt les paysages terrestres que je pu admirer. Aujourd’hui et depuis 30 ans je réalise un métier que j’aime plus que tout : cinéaste et réalisateur sous-marin.

J’ai travaillé pour des émissions type Thalassa, pour la BBC avec la série Blue Planet 2 et je suis également réalisateur des films Océans, Planète Océan et Piège Blanc. Toutes mes réalisations sont dédiées à 99 % à la mer et la nature.

J’ai fondé l’association Océan2vie par la suite afin de sensibiliser les enfants et d’organiser des ramassages de déchets partout dans le monde. Nous entendions en effet beaucoup dans les années 80-90 que la Méditerranée était trop polluée, cela a été pour moi le déclic et je me suis dit qu’il était temps de mobiliser et de sensibiliser le plus de monde possible. Aujourd’hui malgré l’arrivée et la connaissance de micro-plastiques invisibles à l’œil nu, je trouve la Méditerranée bien « moins malade » à certains endroits.

Photos : Eric Lancelot (à gauche) / Philippe Schaff (à droite)

Comment t’es venu cet amour pour l’océan, le monde marin et tout ce qui l’entoure ?

Je suis un homme qui aime se sentir en liberté, mon métier d’avant en est la preuve. Lors de la naissance de ma fille, j’ai décidé d’investir dans une caméra pour pouvoir la suivre et conserver des souvenirs. Avec cette caméra j’ai acheté un caisson et ai décidé de commencer à filmer les animaux marins et milieux aquatiques en Méditerranée, puis dans le monde entier. J’en avais marre à l’époque que l’on s’attaque toujours aux océans et que l’on ne fasse toujours rien pour autant ! Je pense que c’est à chacun de se responsabiliser. Les exemples sont nombreux pour appuyer cette idée, responsabilisons-nous sur nos consommations de poisson, de viande, de pétrole …  C’est à chacun d’agir !

Que fait ton association ? Qu’est ce qui te plait le plus ?

Mon association pilote et coordonne différents projets. Elle est constituée d’une vingtaine d’ambassadeurs et de 300 bénévoles à travers le monde. Nous organisons donc partout dans le monde des collectes de déchets. Je tiens tout particulièrement à m’impliquer dans l’éducation des enfants du monde. Les enfants éduquent leurs parents, où que ce soit, c’est bien connu. Dans certains pays insulaires, je vais apprendre aux enfants à nager (ce qu’ils n’apprennent souvent pas), ils se rendent ainsi mieux compte de leur environnement et seront plus à même de le protéger. Nous menons enfin d’autres projets, nous avons par exemple développé récemment une application qui permet de signaler un déchet trop volumineux et dont la municipalité doit se saisir. Le département et la ville nous aident, nous aidons la ville et le département en rendant le territoire plus propre et plus attractif. C’est un échange de bons procédés !

Plongeur : Sandrine Ruitton

Brossons ton portrait chinois

Si tu étais un animal marin, tu serais …

Un cachalot ! C’est un animal très intelligent qui a bien failli disparaître. Il doit son salut au pétrole, son huile était auparavant exploitée comme combustible. C’est également l’animal qui défie toutes les lois physiques, il n’a pas de paliers de décompression.

Si tu étais un grand navigateur tu irais …

En Polynésie Français ! L’eau y est très claire et très poissonneuse.

Si tu étais un fleuve, une mer ou un océan tu serais …

Je n’ai pas de préférences ! Il me reste certains océans à « visiter » sur la trentaine que j’ai pu voir.

Qu’est-ce que la Gentle Factory pour toi ?

C’est pour moi une marque qui va dans le sens de la protection de la nature et des océans, une marque porteuse de sens. La Gentle souhaite un monde meilleur pour les prochaines générations en fabriquant localement en France et privilégiant matières recyclées, naturelles et biologiques.

Photo : Florian Launette

Qu’est ce qui t’a le plus choqué dans les actualités récentes ?

Cela a été un énorme choc d’apprendre que des sociétés françaises exportaient des déchets recyclables en Asie. J’ai été scandalisé car les européens sont censés être responsables…

Un autre fait m’est également toujours choquant, c’est d’utiliser des filets dérivants pour pêcher. Ces derniers captent tout sur leur passage et peuvent participer à l’extinction de certaines espèces.

Quelle a été ta plus belle expérience ? Ta plus belle « mission » ?

C’est de pouvoir et d’avoir pu nager avec des animaux majestueux, qui parfois sont venus vers moi pour me demander de l’aide. J’ai nagé par exemple avec un ours polaire. L’instant est juste magique lorsque qu’un animal blessé vient nous voir, pour aller demander de l’aide et que nous pouvons l’aider. J’ai les images à l’appui. Ne me dites pas que je suis Marseillais !

Ma plus belle mission a peut-être été de me rendre sur l’épave de la Pérouse, l’un des navires de la flotte de Louis XVI, et d’y avoir trouvé le corps d’un des membres de l’équipage !

Photo : Mattéo Rivoli

Qu’est-ce qu’on te souhaite pour la suite et qu’est-ce qu’on peut souhaiter à notre belle planète bleue ?

Personnellement, je cherche à emmener un public passionné avec moi pour partager des connaissances et que les personnes qui m’accompagnent fassent des découvertes de manière intelligente. Je souhaite plus généralement que les gens deviennent plus respectueux de la mer et de l’environnement. Dans une mer de poissons, pas de poison !

Le site de Océan de vie : par ici

La page Facebook : par là